Si Jeunesse Savait3

Masculinités positives

Masculinités positives & santé co-responsable : lutte contre la culture du risque et de la virilité chez les jeunes en RDCongo, un projet de valorisation des attitudes et pratiques positives de masculinité, pour une société plus équitable

 

Contexte

En RDCongo, malgré la forte participation des femmes dans la vie active congolaise, les traditions patriarcales, préjugés sociaux et culturels ainsi que le fonctionnement des services publics ne reconnaissent qu’insuffisamment leurs droits. En terme d’inégalité de genre, le pays est classé 156e sur les 162 considérés dans le classement mondial.

Au regard de ces inégalités, les femmes et jeunes filles, fort dépendantes économiquement et socialement des hommes, sont exposées à des risques accrus de violence et ensuite de stigmatisation. Tous les indicateurs abordant la thématique du genre sont inquiétants : la scolarité, la santé (maternelle ou reproductive, l’accès à des soins de qualité, la reconnaissance des besoins psychosociaux), l’accès aux facteurs de production pour l’activité économique, les violences dans les lieux de socialisation (violences physiques, harcèlement sexuel).

Si à Kinshasa (> 10 millions d’habitants), les comportements à risque liés à l’alcool, la drogue et le sentiment d’impunité mettent en danger la dignité et la vie de la femme dans l’offre de service en santé ainsi que dans l’éducation, d’autres facteurs aggravants viennent s’ajouter au Nord-Kivu par la présence de plus d’une centaine de groupes armés et leurs violences spécifiques sur les femmes.

Cette situation dramatique se transmet entre générations et les jeunes hommes, dans un contexte déstructuré, adoptent des cultures du risque et de la virilité qui renforcent ces situations et ces dynamiques négatives.

La situation est donc systémique et ancrée dans les milieux familiaux, scolaires, professionnels, sanitaires.

Localisation

Le projet se focalise sur des communes/zones de santé dans ou en périphérie de 3 centres urbains : Kinshasa, Goma, Butembo.

  • Province de Kinshasa : Kingasani, Masina, Kimbanseke, Bandalungwa et Kintambo
  • Province du Nord-Kivu : Vuhovi, Katwa, Karisimbi et Goma

Objectif

L’objectif général du projet est que les enseignants, les jeunes, les prestataires et usagers de soins, recourent de moins en moins à des comportements basés sur la violence (verbale ou physique), grâce au renforcement de leurs capacités et à la promotion d’un environnement favorable à une masculinité positive.

Objectifs spécifiques

  • Travailler sur les représentations des rôles masculins et féminins dans une approche multi acteurs réflexive
  • Conscientiser, de manière active et participative, les groupes cibles aux comportements et attitudes masculines toxiques et les effets qu’ils ont en termes de violences basées sur le genre
  • Rédiger des chartes d’engagement adaptées à chaque groupe cible, qui servent de référence commune pour accompagner les changements de comportement
  • Utiliser les chartes comme base de plaidoyer vers les autorités publiques des secteurs concernés

 

Groupes cibles

  • Acteurs de l’éducation : Élèves et enseignants du niveau secondaire et supérieur
  • Acteurs du monde professionnel : Associations de motocyclistes, mototaxis, organisations paysannes
  • Acteurs de la santé : Personnel médical, infirmier et management des centres de santé publics et privés dans les ZS cibles
  • Acteurs de la société civile : Clubs de jeunes, associations de femmes, associations LGBTQ+

Activités

• Former : définir et valider des manuels de formation de formateurs aux masculinités transformatrices, former les animateurs·trices aux pratiques réflexives pour l’organisation d’ateliers d’échanges
• Sensibiliser : identifier parmi les groupes cibles des leaders communautaires pour les masculinités transformatrices
• Organiser : organiser la tenue de réunions et d’espaces d’échanges réflexifs avec des représentants des communautés, des prestataires de soins et d’organisations professionnelles, à destination des jeunes, afin d’aborder les sujets « culture du risque, de la virilité » et « violences faites aux femmes »

• Mobiliser : soutenir les processus d’analyse des risques, la définition de plans d’actions concrets et l’élaboration de chartes ;
• Soutenir : créer un dispositif de référencement vers des services psychosociaux et d’appui à l’autonomisation par des microcrédits aux victimes de VBG ;
• Diffuser : soutenir le plaidoyer des parties prenantes vis-à-vis des autorités publiques pour l’adoption des chartes, soutenir les échanges d’expériences, de capitalisation et de bonnes pratiques entre les zones d’intervention, capitaliser les bonnes pratiques et les partager.

Partenaires financiers

Belgique – Ministère de la Coopération au développement

Durée

30 mois : 01.06.2022 – 30.11.2024

Budget

716.472 €

Personnes de contact : Serge NGAIMA et Félix VANDERSTRICHT

En quelques images