Photo Ecms Wbi

Échanges Nord-Sud sur l’engagement politique des jeunes

Contexte

Au Sénégal, le constat est général, l’engagement politique est devenu l’affaire de la jeunesse. L’idée que les jeunes seraient proches de la politique est largement répandue. Rares sont les partis politiques qui n’ont pas de mouvements de jeunes. La jeunesse est souvent en première ligne de mouvement social pour demander du changement comme dans le mouvement Y’en a marre et le mouvement M23.

En face, les discours en Belgique semblent dire que les jeunes ne s’intéressent plus à la politique. Pourtant, à y regarder de plus près, on peut constater que cette croyance est loin d’être fondée. Leur engagement passe par des actions concrètes comme des actions sur leur campus ou des mobilisations comme les marches citoyennes pour le climat.

En 2014, le cercle Solvay de l’ULB a participé à un projet d’ADEV, qui a donné naissance au cercle AEAD, aujourd’hui appelé AJIS. C’est grâce à cette première expérience que la collaboration avec ULB-Coopération est ensuite née.

Depuis 2020, un projet financé par la Wallonie Bruxelles International a ainsi permis à ULB-Coopération et ADEV d’encadrer une trentaine d’étudiant·e·s Nord et Sud qui contribuent aux axes de travail de l’asbl.

 

Zones géographiques

Belgique et Sénégal

Objectif

L’objectif de ce projet est double. D’un côté, permettre aux jeunes d’échanger sur leur pratique autour de l’engagement à prendre conscience de leur rôle actif dans ce domaine. De l’autre, de déconstruire les croyances réciproques sur la réalité des deux pays.

En d’autres termes, il s’agit d’une part d’accompagner les jeunes sénégalais·es dans leur prise de conscience de l’étendue de leurs droits et devoirs, de mieux comprendre les enjeux Nord-Sud, au moyen d’une lecture décoloniale de l’histoire et d’autre part, de permettre aux jeunes belges qui y participent d’avoir une vision du Sénégal, de « l’Afrique », autre que celle véhiculée par les médias.

Cibles

Les étudiant·e·s de l’ULB et ceux et celles de l’UGB (Université Gaston Berger, St-Louis, Sénégal).

 

Actions

Des ateliers participatifs seront organisés dans les deux pays afin que les étudiant·e·s puissent acquérir des compétences en interculturalité et se positionnent en tant que personne engagée.

Il s’agit entre autres de :

  1. Assister à des conférences sur la décolonisation, les politiques publiques et la jeunesse, le changement climatique ou encore l’émigration clandestine
  2. Organiser avec leurs collègues étudiant·e·s sénégalais·e·s des « thé-débats » dans leurs quartiers et communautés
  3. Rencontrer des acteurs politiques communaux et de discuter avec de leur programme pour la jeunesse, s’incrivant dans élections locales de 2022
  4. Et, d’organiser un voyage en Belgique avec une partie des étudiant·e·s sénégalais·e·s

Impacts attendus

Au-delà de ces différents ateliers, il s’agira de prendre conscience des interdépendances entre les deux pays et d’inviter les étudiant·e·s à mettre en place des actions concrètes qui favorisent la relance économique post-COVID en milieu rural, notamment via les femmes.

Partenaire Opérationnel

ADEV (Afrique Développement)

 

Partenaire financier

Wallonie Bruxelles international (WBI)

Budget

16.448€, dont 14.803€ de WBI

En quelques images