Erasme
14/12/21

Réunir la spécificité universitaire d’un hôpital et d’une ONG

Nos projets bénéficient de multiples collaborations avec l’Université, ainsi qu’avec d’autres structures et organisations, de taille et d’amplitude diverses, en Belgique et ailleurs dans le monde. De la santé à l’apiculture, de l’agroécologie à la question des rapports de domination, les thématiques et leurs nuances sont nombreuses. Chaque apport extérieur permet d’améliorer nos interventions, de les moduler, de les aborder en les enrichissant d’un autre regard. De l’étudiant·e stagiaire à l’expert·e renommé·e, de la précision technique à la réflexion stratégique, il est important de nous questionner continuellement sur nos démarches et nos actions.

Cette approche riche et critique constitue une des composantes de la spécificité d’ULB-Coopération : universitaire, innovante et intermédiaire à la croisée des savoirs. L’ONG entretient ainsi un réseau de partenaires dense au bénéfice des populations du Burkina Faso, de la RDCongo et du Sénégal.

Notre ONG vise, à travers les projets mis en œuvre, à être actrice de changement pour contribuer à la construction d’une société civile forte, de services publics fonctionnels, d’un secteur privé responsable en vue du développement durable, de sociétés respectueuses des droits fondamentaux et de relations internationales équitables. Toutefois, le changement ne se décrète pas, il se teste et s’ancre dans la pratique. Nous avons expérimenté que ce processus pouvait être facilité s’il était soutenu par un dispositif qui crédibilise le regard extérieur : un professionnel venant d’un autre contexte par exemple.

Les partenariats qui se construisent et se renforcent entre ULB-Coopération et l’ULB sont nombreux et leurs racines sont profondes. En 2013, débutait une forte collaboration avec l’hôpital Erasme, afin de renforcer les processus de formation des personnels de santé de la province du Nord-Kivu. Fin de cette année, se terminera le troisième projet à bénéficier du soutien du personnel d’Erasme, le Projet d’appui au développement intégré du système de santé du Nord-Kivu (PADISS) dont nous avons déjà régulièrement parlé. Le moment nous a semblé idéal pour ajuster notre microscope sur les collaborations spécifiques entre l’hôpital universitaire Erasme et l’ONG.

Afin d’entrer dans le quotidien des actions de l’ONG, témoigner de la plus-value de notre ancrage universitaire pour faire progresser la qualité des soins, nous présentons dans ce numéro de la Newsletter, plusieurs témoignages de membres du personnel d’Erasme, médecins, infirmier·ères, gestionnaires, qui ont réalisé des missions à Goma au cours de ces 9 années de collaboration. Afin d’inscrire leurs actions dans le long terme, toutes leurs missions ont eu pour objectif la formation des prestataires locaux dans leurs capacités techniques et relationnelles mais également dans leur capacité à devenir ensuite eux-mêmes et elles-mêmes des passeurs de savoirs. Jamais, elles n’ont visé des interventions cliniques ponctuelles de substitution.

Ces différents témoignages montrent combien la qualité des soins dépend de la bonne collaboration entre un·e patient·e respecté·e et informé·e, et un·e prestataire formé·e et motivé·e, le tout dans un cadre de soin sain et accueillant. Ils et elles nous confortent dans notre approche systémique du renforcement des systèmes de santé et nous incitent à poursuivre notre action. PADISS se termine mais il sera suivi d’un PADISS2 ainsi que d’un important programme de réhabilitation et d’équipement de l’hôpital provincial du Nord-Kivu (HPNK). Nous espérons que cette lecture permettra également d’éveiller de nouveaux intérêts, susceptibles de déboucher sur des collaborations inédites !

Témoignages… 

Yvon Englert, Pro-Recteur de l’ULB

Agnès Echterbille, infirmière sage-femme à Erasme et, depuis 2018, employée de l’ONG à Goma

Philippe Tinsy, infirmier chef de service à Erasme

Dr Rosine Lejeune, médecin spécialiste en gynécologie obstétrique, hôpital Erasme

Dr Luc Van Obbergh, chef du service d’anesthésie de l’hôpital Erasme

Nicolas Bellegou, ingénieur biomédical responsable du département de bio- ingénierie d’Erasme

Élodie Riziki Mirimo, infirmière responsable du service de néonatologie de l’Hôpital Provincial du Nord-Kivu

Carole Exposta, architecte gestionnaire de projets à Erasme

Dr Sandra De Breucker, chef du service de gériatrie d’Erasme

Dr Clotilde Lamy, directrice de la clinique d’obstétrique d’Erasme

T O B E CONTINUED …

DEMAIN, OUVRIR ENCORE LE RÉSEAU ?

Au travers de chaque expérience se trouve l’échange humain. Ces missions offrent aux expert·e·s une parenthèse permettant de ré-entrer en contact avec le cœur de leur métier. Pour des raisons propres à chaque personne, les collaborations sous forme de missions ou de séminaires à distance contribuent au bien-être des soignants, en Belgique et en RDCongo. Cette plus-value est évoquée par Dr Vincent Huberty, gastro-entérologue et directeur médical adjoint de l’hôpital Erasme. Sa direction médicale, il l’a placée sous l’angle du bien-être et de l’humanité à l’hôpital, dont le personnel est particulièrement éprouvé depuis la pandémie : « Soigner les soignants est aussi important que soigner les patients ». En tant que médecin, le Dr Huberty souligne combien sa fonction comprend aussi les missions de formation, d’enseignement, de transmission, notamment au-delà de nos environnements proches, « il s’agit de se retrousser les manches, d’aller dans d’autres pays et de s’engager sur du long terme, pourquoi pas en démarrant au Nord-Kivu ». Les personnels soignants sont souvent demandeurs de réaliser des échanges, encore faut-il « construire adéquatement les projets qui offrent les compétences nécessaires sur place, le matériel éventuel, les suivis pertinents. »

Les idées foisonnent, la création d’une plateforme d’échange d’expertises permettant par exemple un matching ponctuel entre un médecin et un besoin, l’extension des réseaux, la constitution de sociétés savantes, l’inclusion d’autres partenaires de l’ULB comme l’École polytechnique… Des expériences précédentes le rendent prudent quant à la durabilité des projets, le risque du brain drain est manifeste dans les projets de formation médicale.

En complémentarité des pistes offertes par le FOSFOM, le soutien structurel d’Erasme aux projets de coopération via l’ONG de l’ULB nous paraît tout indiqué !