Affiche Journée Coop
28/04/21

Travailler en coopération au développement ? Un secteur plein de promesses !

En mars dernier, durant la 15e journée de la coopération, InfOR-emploi et l’Université libre de Bruxelles ont organisé une table ronde à destination des futurs/jeunes diplômés, détaillant la diversité des fonctions requises dans le secteur de la coopération au développement. ULB-Coopération y a participé ! Retour sur quelques pistes d’emploi…

Beaucoup de personnes sont attirées par ce secteur parce qu’il donne corps aux valeurs telles que la solidarité, la diversité ou encore la défense des droits fondamentaux. Moins savent qu’il offre également l’avantage d’agir de manière professionnelle et encadrée.

Concrètement, une panoplie de profils sont indispensables pour mettre en œuvre des projets durables. ULB-Coopération emploie, notamment, des hommes et des femmes médecins, spécialistes en santé publique, bioingénieurs, comptables, informaticiens, gestionnaires financiers, experts en sociologie, en anthropologie, en sciences politiques ou encore en communication. En outre, les ONG locales ou services publics partenaires ont également recours à des profils spécifiques, selon les activités menées. Cela peut aller du technicien biomédical au gestionnaire administratif, en passant par les pharmaciens, les infirmiers, chauffeurs ou le personnel d’entretien. Une étonnante palette de métiers et compétences gravitent donc autour de la coopération au développement. Les expériences partagées par les intervenants durant la table ronde ont reflété la diversité des parcours !

Si les possibilités sont vastes, reste le défi de se démarquer dans les processus de recrutement… Souvent, outre la formation de base, une expérience professionnelle est requise. Toutefois, certains postes n’exigent pas d’expérience préalable et les jeunes disposent également d’avantages à mettre en exergue : valoriser les stages, les formations ponctuelles, les travaux de recherche effectués, mais aussi l’expérience personnelle telle que les séjours à l’étranger, Erasmus ou échanges linguistiques, l’engagement associatif… Et, comme dans tout processus de recrutement, partager sa motivation et son dynamisme sont clés !