Santé Urbaine Innovation
30/06/21

Santé urbaine : échanges autour des projets de Kinshasa et de Goma

La santé urbaine : nécessité d’innover pour offrir des services de qualité aux populations

L’extension des villes a une influence sur l’environnement, implique des changements importants en termes de besoins en santé et constitue un contexte à multi-acteurs qui de surcroit change très rapidement. En Afrique, l’urbanisation et l’émergence d’une classe moyenne impliquent des attentes nouvelles en termes de meilleurs services sociaux de base, notamment les services de santé.

À ce jour, si le sujet est essentiel, la réponse à la portée des acteurs sanitaires pour faire face aux défis rencontrés reste le modèle de District Sanitaire (Zones de santé) comprenant plusieurs aires de santé. Ce modèle, introduit par l’OMS, ne répond pas aux besoins des populations urbaines africaines.

La ville de Kinshasa ne fait pas exception. Elle compte plus de 10 millions d’habitants et sa population double tous les 15 ans. Malheureusement, le développement de son système de santé n’a pas suivi l’augmentation de sa population, les quartiers défavorisés manquent cruellement d’infrastructures de base adéquates et des services de qualité. Outre des problèmes structurels d’accès à l’eau et à l’électricité, cette précarité est engendrée par des services calqués sur le modèle hiérarchique de l’OMS, qui sont plus adaptés aux milieux ruraux. En outre, lorsque des structures de qualité existent, elles laissent, pour des questions de coût, la majorité des populations sans soins de base de qualité.

Des réflexions sont en cours, depuis 2017, au sein d’ULB-Coopération à Kinshasa, pour accompagner les partenaires locaux de santé à offrir des interventions adaptées, dans un système de soins complexes. Un groupe de réflexion des acteurs de première ligne des soins de la Zone de Santé de Kintambo a été mis en place, il y a plusieurs années. Les acteurs échangent sur les possibilités d’améliorer leurs interventions en faveur des patients, à travers l’intégration progressive de nouvelles actions, notamment de prévention et de promotion de la santé.

Au Nord-Kivu, l’équipe d’ULB-Coopération a également enclenché la réflexion autour de la restructuration des soins de première ligne de soins. Elle est basée sur l’organisation d’un centre de santé médicalisé adapté au milieu urbain qui inclut une équipe multidisciplinaire (médecin, kinésithérapeute, infirmier, psychologue…) pour une prise en charge intégrée des patient·e·s. L’inclusion de nouveaux acteurs, non prévus dans le système « traditionnel » de l’OMS, est de mise : un spécialiste, un cabinet dentaire, une pharmacie externe, peuvent être sollicités. On sort donc du seul binôme hiérarchique centre de santé – hôpital de référence. Le réseautage des soins est à l’œuvre.

En vue de consolider ces actions, un échange entre les projets de Goma et ceux de Kinshasa a été réalisé en mars 2021, et permet de projeter à court terme la mise en place d’au moins un centre de santé médicalisé urbain à Kinshasa, à l’image des structures innovantes de Goma. Il servira de modèle d’apprentissage pour les acteurs du groupe de réflexion du premier échelon, afin de transformer progressivement la première ligne de soins dans le contexte urbain de Kinshasa. Gageons que ces expériences, qui continueront à s’alimenter mutuellement en réflexions et retours d’expérience, croissent pour le bien-être des patients et patientes de la RDC !