La Culture Un Enjeu D'intégration
04/09/20

LA CULTURE : UN ENJEU D’INTÉGRATION ?

En Belgique, la question de l’accueil des personnes migrantes soulève souvent des débats à propos du parcours d’intégration. Les services d’aide à l’emploi, au logement et à la formation, ainsi que des cours de langues et d’orientation socio-professionnelle, en sont les éléments clés. En suivant ce schéma, la dimension culturelle est inexistante. L’accès à la culture ou la participation des réfugiés à la culture semble être délaissé, voire oublié. Certaines associations belges défendent activement l’offre de culture aux personnes migrantes, tout comme la sensibilisation à l’interculturalité, à travers des projets divers. C’était le cœur de discussions récemment menées sous la forme d’un world café.

L’envol des frontières, Maison de la création, MuziekPubliek, Transe-en-danse, United Stages Belgium et ULB-Coopération, tous réunis autour de tables de discussion au Point Culture de l’ULB, ont construit le débat sur : « La culture peut-elle donc être vecteur d’intégration en Belgique ? ».

Après l’incontournable critique des politiques actuelles en matière d’accueil des personnes migrantes, mais aussi les questions introductives sémantiques autour du « migrant » et des concepts d’intégration versus inclusion, les participants ont ouvert des pistes pour intégrer plus activement la culture dans les préoccupations du monde politique.

L’accès à la culture découlerait ainsi d’une compréhension de la culture de chacun englobant certaines valeurs citoyennes, de vivre ensemble et le respect des droits humains, mais aussi, l’approche de projets avec les personnes migrantes plutôt que pour les personnes migrantes.

Informer, sensibiliser, éveiller la curiosité, ouvrir le débat demeurent essentiels. Et, pourquoi pas utiliser la culture elle-même pour aborder ces questions avec le grand public ? Il s’agit par exemple de favoriser les spectacles qui envisagent les thématiques liées à la migration. Si l’offre, bien que relativement maigre, existe, la pierre d’achoppement est de parvenir à drainer un public neuf, afin de réellement ouvrir le champ des possibles.

Les interrogations soulevées et les pistes envisagées ont constitué le point de départ d’un chantier plus vaste, dont le prochain épisode aura lieu à l’ULB le 19 mars…