19

Contexte

À l’heure où les négociations internationales pour lutter contre le dérèglement climatique peinent à aboutir, les conséquences de celui-ci se font déjà largement sentir au Burkina Faso. En effet, ce pays enclavé est sujet à des épisodes de sécheresse récurrents, causée principalement par ce dérèglement climatique.

Ce pays emblématique du Sahel possède néanmoins une longue expérience dans la gestion de l’eau et dans l’agroécologie, puisqu’il doit utiliser ses ressources avec parcimonie et créativité depuis de nombreuses années.

Comme dans nos autres pays d’intervention, nos actions visent à réconcilier les objectifs de conservation de la nature et de gestion des ressources naturelles, avec ceux du développement rural des communautés concernées. La protection des Aires Protégées (AP) est en effet étroitement liée au bien-être des communautés vivant aux alentours, ainsi qu’au développement d’activités génératrices de revenus.

Le contexte actuel d’insécurité a plongé le pays dans une lourde crise dont l’issue reste incertaine, mais qui ne fait que renforcer les besoins des populations, notamment des jeunes et des femmes. L’existence des projets est donc cruciale, et malgré le contexte de travail délicat, nos collègues de terrain et partenaires mettent tout en œuvre pour atteindre nos objectifs.

Localisation

Au Burkina Faso, les projets d’ULB-Coopération se concentrent autour du Corridor n°1 du complexe d’aires protégées Pô-Nazinga-Sissili (CAP/PONASI) situé dans la Région du Centre-Sud. Le CAP/PONASI est le deuxième plus important continuum de réserves naturelles protégées au Burkina Faso.

Objectifs

Les populations, en particulier les jeunes et les femmes en périphérie du Corridor n°1 du complexe d’aires protégées PONASI, améliorent durablement les revenus issus de l’exploitation durable des ressources naturelles ainsi que leurs conditions de vie, en contribuant à la préservation et à la restauration de leur environnement.

Activités

Le programme se concentre sur trois volets d’intervention : le développement de filières agricoles, la conservation et restauration de l’environnement, ainsi que la gestion inclusive des savoirs.

Développement de filières agricoles

Pour soutenir la création d’activités génératrices de revenus, nous accompagnons le développement de filières agricoles :

  • Appui aux techniques de production agroécologiques, apicoles et agroforestières
  • Appui à l’extraction et à la transformation des produits apicoles et maraîchers
  • Renforcement des associations d’apiculteur·trices et de producteur·trices
  • Mise en place de relations commerciales équitables et d’agriculture contractuelle, notamment dans les oléagineux
  • Lancement de concours d’innovation pour soutenir la création de micro et petites entreprises chez les jeunes et les femmes

Environnement

L’axe environnemental se concentre sur la conservation et la restauration de la biodiversité et des ressources naturelles des AP et des agroécosystèmes :

  • Soutien au processus de classement du Corridor n°1 et à la mise en place d’un Plan d’Aménagement et de Gestion Participatif
  • Appui à l’intégration de l’agroforesterie dans les agroécosystèmes
  • Appui technique sur l’utilisation des Systèmes d’Information Géographique (SIG)

 

Gestion inclusive des savoirs

En tant qu’ONG universitaire, une partie importante de nos activités concerne la production et la gestion des savoirs :

  • Réalisation de diagnostics, d’études et de recherches, grâce aux mémoires, doctorats et études internes
  • Appui au Projet de Recherche Développement (PRD) financé par l’ARES et coordonné par le Pr. de Cannière de l’agroecology lab de l’ULB sur les thématiques suivantes :

                 – Une analyse spatiotemporelle de l’évolution des paysages du PONASI sur les plans démographique, socioéconomique, politique et écologique, débouchant sur des simulations du devenir de ces paysages

                – L’établissement d’un diagnostic agraire des territoires agricoles en périphérie des aires protégées permettant de proposer et de tester une intensification agroécologique

                – Le développement d’infrastructures et itinéraires agroécologiques favorables aux abeilles afin d’assurer une gestion durable des produits forestiers non-ligneux (PFNL) : miel et karité

Partenaires financiers

  Ares

Logo DGD

Budget & durée

1.693.221 €

Janvier 2022 – décembre 2026

Personnes de contact : Joséfa SOMÉ et Florian DELESPESSE

En quelques images