Hpnk+

Contexte

L’hôpital provincial du Nord-Kivu (HPNK) est le dernier niveau de référence pour les soins dans la province. Il doit prendre en charge les cas graves qui ne peuvent être traités dans les hôpitaux des zones. Il est aussi un lieu de formation dont le personnel doit encadrer l’amélioration de la qualité au niveau des structures périphériques. Trop loin de ces objectifs, l’HPNK a longtemps été écarté des projets de renforcement financés par les bailleurs internationaux à cause de sa très mauvaise image, conséquence de la réputation désastreuse de son management. Les choses ont changé en 2016, lorsque les autorités ont demandé à un de nos collègues, médecin, d’assurer de manière temporaire la direction de l’hôpital. Avec sa rigueur légendaire, soutenu politiquement par le Gouverneur et techniquement par ULB-Coopération, le nouveau directeur a initié une importante réorganisation qui a rapidement montré des résultats suffisamment intéressants pour qu’ULB-Coopération puisse obtenir, dans le cadre du projet d’Appui au Développement du Système de Santé du Nord-Kivu (PADISS), les moyens nécessaires pour soutenir ce nouveau processus de transformation.

Durant les cinq années du projet PADISS, son personnel, et les experts qui se sont succédés, ont agi à plusieurs niveaux pour améliorer le fonctionnement de l’hôpital et la qualité des soins proposés. Le premier objectif a été d’élaborer de manière participative le plan d’établissement hospitalier (PEH), pour en faire le véritable fil conducteur de la réorganisation de l’hôpital. Ce plan a progressivement intégré différents projets – médical, infirmier, qualité, management, information sanitaire, social et immobilier – qui ont guidé toutes les actions entreprises.

Pour répondre aux attentes du projet médical, de nouveaux services ont été ouverts : l’ORL, les services de chirurgie orthopédique, pédiatrique et plastique ainsi qu’un service d’isolement pour les maladies hautement contagieuses. De même, les protocoles thérapeutiques ont été mis à jour, permettant d’actualiser la liste des médicaments essentiels génériques, et les fonds du PADISS ont permis la recapitalisation de la pharmacie. Des équipements biomédicaux ont été acquis dont certains grâce à des fonds propres de l’HPNK, preuve de sa réorganisation progressive

Les fiches de soins et les procédures des activités infirmières ont été élaborées, une équipe qualité a été constituée. Un logiciel de gestion des dossiers patients a été développé. Fonctionnant à la fois sur ordinateur et sur tablette, il permet la collecte des données au plus près des patients.

Nous avons été très actifs dans le renforcement des capacités de l’équipe gestionnaire de l’hôpital. Des outils informatisés ont été mis en place pour la comptabilité, la gestion des médicaments, du matériel biomédical et le suivi des fournitures. Plusieurs études ont été réalisées pour aboutir à la mise en place d’une tarification forfaitaire. La lisibilité dans la tarification des soins et la transparence vis-à-vis des malades ont été fortement renforcées.

Tous ces efforts ont permis à l’HPNK de répondre aux critères minimums fixés par le système d’habilitation décrit p. 12. Les soins ont dès lors été en partie subsidiés par le Fonds d’achat des services de santé (FASS) financé par l’Union européenne.

Au terme du projet PADISS, l’HPNK a retrouvé sa place au sein du système de santé. La population lui fait confiance comme le montre l’augmentation spectaculaire de l’utilisation des services (360 % en 5 ans). La qualité s’est améliorée comme l’indique la diminution de plus de 50 % de la mortalité intra-hospitalière (passant de 123 à 6 %, cette mortalité qui reste élevée s’explique en partie par la gravité des cas qui se présentent à l’hôpital).

Le projet HPNK+

Initié en juin 2021, grâce à des fonds exclusivement européens, le projet HPNK+ s’inscrit dans la continuité du projet PADISS. Il se concentre sur la réhabilitation de l’hôpital provincial tant au niveau architectural que dans son équipement. Les services actuels d’urgence, de maternité, la pédiatrie et la chirurgie ne répondent pas à la qualité attendue et ne disposent pas d’assez de lits pour un hôpital provincial couvrant une population de 9 millions d’habitants. Les premiers mois de ce projet HPNK+ ont été consacrés à diverses études techniques préliminaires, puis à la préparation des dossiers de passation de marchés pour tous les chantiers qui auront lieu, ainsi qu’à la planification des besoins de base à couvrir (eau, électricité…) et à l’articulation spatio-temporelle des travaux de grande envergure.

Objectifs

Construire et équiper de nouveaux services afin d’avoir des structures d’excellence : les urgences, un pôle mère-enfant, un nouveau bloc opératoire, tout en continuant à assurer les soins aux malades durant les importants travaux de réhabilitation.

Actions

  • Réaliser des études techniques préliminaires, notamment des études géo-sismiques afin de garantir une stabilité de l’hôpital en cas d’éruption volcanique, tremblement de terre et études techniques en ce qui concerne l’électricité et l’eau.
  • Construire et équiper de nouveaux pavillons pour les urgences, ensuite le pôle mère-enfant et finalement le plateau technique du bloc opératoire, de la stérilisation et du laboratoire.

Situation en juillet 2023

Situation en décembre 2023

Impacts

La qualité et la sécurité des soins offerts à l’HPNK sont améliorées, les patients et le personnel se font soigner et travaillent dans de meilleures conditions.

Les services de santé de première ligne s’appuient effectivement sur l’Hôpital provincial pour le référencement fonctionnel des patient·e·s.

Le personnel de santé de première ligne bénéficie d’accompagnement clinique des médecins spécialistes de l’HPNK.

Budget

8.000.000 €

Durée

4 ans : 01.06.2021-31.05.2025

Personnes de contact : Prudence MITANGALA et Charlotte VAN ROY

En quelques images

Nos témoignages