Nos projets

Carte d'identité du Sénégal
Capitale Dakar
Superficie 196 722 km²
Régime Semi-présidentiel
Président Macky Sall
Population 15.1 millions (PNUD)
Indice de développement humain 0.494 (2015), 162e rang sur 188 pays, données PNUD
Langues Français, wolof, sérère, peul, mandingue, soninké, diola, hassaniyya, balante, mancagne, noon, manjaque, onyan, saafi et >30 autres

SITUATION POLITIQUE

Depuis son indépendance en 1960, le Sénégal est une république démocratique dans laquelle des élections sont régulièrement organisées. Le pays bénéficie d’une certaine stabilité. De plus, suite à l’élection de Macky Sall en 2012, l’état est en pleine mutation au niveau institutionnel.

Sur le plan international, le Sénégal est un des pays les plus stables d’Afrique et constitue ainsi un facteur de stabilité régionale. Toutefois, le conflit casamançais et les relations complexes avec le pays voisin, la Gambie, constituent des éléments d’instabilité.

ÉCONOMIE

Au cours de l’année 2015, la performance économique du Sénégal a augmenté avec un taux de croissance de 6,5 %. Cette performance est remarquable compte tenu de la situation mondiale qui a engendré un ralentissement des activités économiques dans de nombreux pays africains. Le Sénégal est la deuxième économie à la croissance la plus rapide en Afrique de l'Ouest, derrière la Côte d'Ivoire.

Cette amélioration économique est due à plusieurs facteurs :

  • La vigueur du secteur agricole ;
  • La relance des industries de l’huile et du sucre ;
  • Le dynamisme des cimenteries, des bâtiments et travaux publics, de l’énergie, des télécommunications et des services financiers ;
  • Le programme d’investissement public lancé par le gouvernement en 2015.

ENVIRONNEMENT

Sur le plan environnemental, le pays est encadré par un dispositif légal et réglementaire solide. Néanmoins, la multiplicité des plans et des cadres nuit parfois à une vision d’ensemble et leur mise en œuvre est encore limitée. De plus, la législation nécessite une application et une rationalisation rapide pour faire face aux sévères menaces environnementales qui pèsent sur le pays.

Ces menaces environnementales sont :

  • La pollution chimique des ressources en eau du pays. En cause, une invasion de la végétation aquatique due à la surexploitation des eaux souterraines et au tarissement des nappes phréatiques.
  • L’altération des potentialités agronomiques des sols. La dynamique démographique, les pratiques culturales, le surpâturage, les sécheresses, les feux de brousse et la disparition du couvert végétal en sont les principales causes.
  • L’abattage sauvage des forêts pour le bois de chauffe et l’expansion agricole. En cause, la pression des pratiques pastorales et la faible productivité de l’agriculture.
  • L’exploitation des mines, carrières...
  • Les pollutions diverses (déchets, effluents, émissions des véhicules en mauvais état…).
  • Une occupation anarchique de l’espace (commerces ambulants, gares routières, garages…).

SANTÉ

« Les enquêtes menées au cours de la dernière décennie ont montré les progrès réalisés avec l’évolution de l’espérance de vie qui est passé de 44 ans en 1999 à 64 ans en 2012. C’est chez les enfants de moins de 5 ans que la situation a le plus favorablement évolué. Cependant, la mortalité maternelle n’a que légèrement baissé.

La lutte contre le VIH sida et le paludisme a connu des progrès remarquables. La prévalence du VIH sida a été maintenue à moins 1 % dans la population générale alors que dans la lutte contre le paludisme la baisse de la morbidité est de 33,6 % en 2001 à 4,4 % en 2013. Les performances du Programme Élargi de Vaccination ont permis d’obtenir de bons résultats en particulier dans la lutte contre la rougeole et la poliomyélite. L’introduction de nouveaux vaccins vient élargir la gamme à 10 antigènes qui devront contribuer à améliorer la santé des enfants ainsi que des nouvelles cibles.

Les maladies non transmissibles, généralement chroniques, constituent de véritables problèmes de santé publique touchant 18,6 % des femmes et 8,5 % des hommes liées en grande partie au mode de vie les favorisant. Malheureusement leur prise en charge reste encore faible du fait de manque d’infrastructures appropriées, d’une faiblesse des ressources humaines et du financement » 

SOCIÉTÉ CIVILE

La société civile sénégalaise est active et diversifiée. Elle est présente sur l’ensemble du territoire et à tous les niveaux (local, national ou international) et jouit de la confiance de la population. Elle collabore activement avec les structures étatiques et privées. Néanmoins, ces organisations manquent de structure, de moyens techniques, de gouvernance et de ressources financières.

AGRICULTURE

« L'investissement croissant du gouvernement du Sénégal dans l'agriculture (plus de 10 % du PIB) a ouvert la voie à une sécurité alimentaire améliorée et résiliente. En 2009, le Sénégal avait finalisé son plan d'investissement du Programme Détaillé de Développement de l'Agriculture Africaine (PDDAA), définissant une vision à long terme pour le développement agricole comme principal moteur de sa croissance économique ».

L'agriculture est la pierre angulaire de l'économie sénégalaise. Elle emploie jusqu'à 75 % de la population.

  • Les principales cultures de consommation sont : le millet, le riz, le maïs et le sorgho.
  • Les cultures de rente primaire sont : la cacahuète, la canne à sucre, la gomme arabique et le coton.
  • Pour les marchés locaux et l’exportation : une large variété de fruits et légumes.