Sabine est rentrée clandestinement en Belgique. Son parcours migratoire commence au Cameroun dans les agences de recrutement pour femme de ménage au Liban. Après un séjour au Liban où elle est réduite en quasi esclavage, elle quitte ce pays pour la Syrie, la Grèce, et arrive enfin en Belgique. Sabine découvre Matonge, le quartier africain où elle peut trouver du travail au noir.

Aujourd’hui, gérante du salon «Jolie coiffure», Sabine donne du travail aux autres jeunes filles qui arrivent, en attendant que sa situation se régularise. Accueillantes, souriantes, joyeuses, Sabine et les filles travaillent 13 à 14 heures par jour, debout et sans arrêt. Dans ce salon de 8m2, Sabine structure la charge de travail en déléguant certaines tâches aux autres coiffeuses.

Elle s’entretient avec ses clientes, conseille et trouve des solutions pour leurs problèmes de cheveux ou encore leurs problèmes plus personnels. Au même moment, la police patrouille avec ses chiens et organise des descentes dans le quartier pour embarquer au hasard quelques sans papiers. Sabine et les autres coiffeuses affrontent avec courage le regard de touristes de tout âge qui regardent et photographient ces femmes comme des objets en vitrine et nous renvoient à toute une histoire coloniale et post-coloniale.

Date: 
Mercredi, avril 24, 2019
Heure: 
19h30 & 21h30
Lieu: 
Studio 5 Flagey, Place Sainte Croix, 1050 Bruxelles